POWER FOR GOOD

[#Autorisations] Les équipes Ailes Marines étaient dans les locaux du Conservatoire du littoral à Plérin pour faire le point sur les actions menées en 2018 contre la propagation du Vison d’Amérique sur l’île Tomé.

1
Depuis 1997, l’île Tomé est la propriété du Conservatoire du littoral, située sur la commune de Perros-Guirec dans les Côtes-d'Armor. Aux avants postes de la Réserve naturelle des Sept-Îles, ce site naturel est un lieu privilégié pour la nidification de plusieurs espèces d’oiseaux marins et un site protégé où le débarquement est règlementé.

C’était sans compter sur le Vison d’Amérique, espèce invasive apparue sur l’île en 2012. Sa présence, constatée simultanément à la chute des effectifs des colonies nicheuses sur Tomé compromet aujourd’hui la préservation des colonies de certains oiseaux.

C’est pour cette raison que depuis 2018 Ailes Marines travaille en partenariat avec le Conservatoire du littoral pour éradiquer le Vison d’Amérique de l’île mais aussi comprendre l’origine de cette population et restaurer les conditions de nidification de l’avifaune marine.

Ce partenariat entre dans le cadre du programme de mesures compensatoires proposées par Ailes Marines dans son dossier de demande d’autorisation déposé en Préfecture en octobre 2015 et repris dans l’autorisation environnementale obtenue en avril 2017.

Le Vison d’Amérique derrière sa petite tête craquante se cache un vrai prédateur…

Mais qui est-il ?

2

Le Vison d’Amérique une espèce invasive.    Morphologiquement très proche de son cousin le  Vison d’Europe, il est cependant plus imposant ;  entre 45 et 60 cm pour un poids allant jusqu’à 2 kg.

Ce vison est un prédateur vorace et opportuniste  qui capture des proies bien au-delà de ses besoins.  Il s’attaque ainsi aux oiseaux nichant au sol, aux  oiseaux marins et menace certaines espèces  indigènes comme le Vison d’Europe par compétition, car les deux espèces occupent la même niche écologique.

D’où vient-il ?

Originaire d’Amérique du Nord, le Vison d’Amérique a été introduit en Europe pour l’exploitation de sa fourrure au XXème siècle. Des individus échappés ont colonisé le milieu naturel en Europe notamment en Espagne et en France.